Vous lisez...
Nabile Farès

Message de la famille de Nabile Farès

Nabile-FarèsMichèle Farès Langlère, son épouse

Florence et Roland Chelly, Bénédicte et Didier Atlan, Xavier Parias et Anne-Karin Mordos, Esther et Fred Coachon-Moschkowitz, ses beaux enfants

Simon, Clara, Elie, Emma, Justine, Nathan, Louis, Arthur, ses petits enfants,

ont la tristesse de faire part du décès de Nabile Farès, psychanalyste, écrivain, ancien maître de conférence à l’université d’Alger, Grenoble et Angers en psychopathologie survenu le 30 Août dans sa 76ème année.

La levée du corps aura lieu vendredi 2 septembre à 9h à l’Institut Mutualiste Montsouris, entrée 59 avenue Reille Paris 14ème.

Les obsèques se tiendront samedi 3 septembre à10h à Marseille au cimetière des Vaudrans.

Cet avis tient lieu de faire part.

Nous remercions le personnel de l’Institut Mutualiste Montsouris pour leur gentillesse et leurs soins attentionnés.

Advertisements

Discussion

7 réflexions sur “Message de la famille de Nabile Farès

  1. eorges Yoram Federmann

    Anja Vogel

    5 rue du Haut Barr

    67000 Strasbourg.

    Strasbourg , le 30 août 2016

    Chers amis,

    Nabil s’en est allé.

    La mort s’impose à nous, insaisissable, insensible, péremptoire et cynique.

    Mais aussi, peut-être, comme la marque puissante d’une intemporalité à laquelle chacun aspire.

    Intemporalité de l’amour (de la haine parfois aussi) de la mémoire, de l’espérance et de l’enthousiasme.

    Au-delà de la douleur.

    Au-delà de la stupeur.

    Au-delà de l’isolement et de la solitude dans lesquels nous plonge la confrontation à l’absence de celui qui s’en est allé.

    Et cette étrange découverte : celle qui rend omniprésent, à notre cœur et à notre esprit, celui que la mort a emporté.

    Que la mémoire se mette à l’ouvrage et préserve l’œuvre de l’absent afin de poursuivre inlassablement l’œuvre collective.

    Nous nous souviendrons de Nabil à travers vous chers Ali et Salah pour ces deux jours épiques et poétiques passé ensemble au Coq d’ Or , en rencontres, discussions enlevées et ouvertes… et à la recherche vaine de mon cabinet.

    Lui l’homme du désert et parlant à la lune ne pouvait que se perdre en ville …avec toi mon cher Salah.

    Cela a été l’occasion de faire la connaissance de ton travail poétique, mon cher Ali.
    (D’ailleurs, on voit sur mon bureau dans un passage du Divan du Monde tourné dans mon cabinet la tranche de 4 exemplaires de ton livre L’ Expiation des Innocents
    https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=le%20divan%20du%20monde%20de%20pauw)

    Nous avons le souvenir vivant, Anja et moi, comme si c’était hier, d’un homme tendre, fataliste et confiant, pétri d’humour et de tendresse, lucide, espérant.

    Acceptez, chers amis, nos affectueuses et tendres condoléances en mémoire de Nabile et l’évocation de ces précieux souvenirs communs.

    Pouvez-vous les transmettre à sa femme Michèle et à la famille de notre ami ?

    Pouvons-nous vous confier ce magnifique poème d’ Erich Mühsam qui nous a déjà tant de fois consolés et dynamisés, une fois la peine du deuil un peu estompée ?

    Bonne route chers tous.

    Repose en paix cher frère.

    Une part de nous t’accompagne.

    Une part de toi reste en nous.

    Georges et Anja

    « Celui pour qui le soleil ne brille plus
    Il n’a plus besoin d’amour.
    Combien de chagrins pleurent pour lui,
    Il n’a pas besoin de le savoir.

    Hommes, laissez les morts tranquilles
    A vous appartient la vie
    Chacun a bien assez à faire
    A lever le bras et le regard.

    Laissez les morts ils sont libres
    Dans le sable humide.
    Vous, sortez de l’esclavage,
    De la misère et de la honte.

    Un combat vaudrait-il des lauriers,
    Epargnez à la mort ces cadeaux !
    Mais reprenez l’épée du mort
    Et menez son combat jusqu’à la fin.

    Voulez-vous faire quelque chose de bien
    Pour ceux que la mort a rencontrés.
    Hommes, laissez les morts tranquilles
    Et accomplissez leur espoir. »

    Erich MUHSAM.

    Publié par Georges Yoram Federmann et Anja Vogel Strasbourg | 1 septembre 2016, 00:08
    • Merci chère Anja, merci cher Georges pour ces mots si justes, si apaisants et pour ce poème qui nous rappelle que nous devons toutes et tous travailler encore pour accomplir l’espoir de Nabile Farès.
      Fraternellement.
      Ali

      Publié par La Plume Francophone | 1 septembre 2016, 00:19
    • Quelle tristesse, quel passage. Je viens de travailler avec Nabile sur la traduction de son Exil au féminin. J’annonce sa parution dans un an (Exile: Women’s Turn).
      Nabile a passé trois ans glorieux d’un mariage récent, à la fin de sa vie.

      –Peter Thompson

      Publié par Peter Thompson | 1 septembre 2016, 15:05
  2. Bonjour,Je viens de recevoir, à l’instant même (par le biais du magazine en ligne La Plume Francophone), la nouvelle du décès de Nabile Farès qui a été mon directeur de thèse à l »université Stendhal, Grenoble 3. Pourriez-vous, svp, me communiquer le contact de la famille si vous l’avez? Pourriez-vous diffuser cette nouvelle auprès des collègues qui pourraient m’aider? Je vous remercie d’avance.Cordialement.PF  Professor PierreFandioSpecialist inAfrican & Comparative Literature; French Studies and Speech Analysis // HDR: 7et 9e Sections du CNU &Qualification Professeur: 10e Section du CNUVice-Dean in Charge of Research and Cooperation //Vice-Doyenen Charge de la Recherche  et de laCoopérationPost-GraduateCoordinator // Responsable des Unitésdoctorales, Faculté des ArtsDirector ofGRIAD Research Team // Directeurdu Groupe de Recherche sur l’Imaginaire de l’Afrique et de la DiasporaUniversity ofBuea // Université de BueaWeb Page: http://www.ubuea.cm/researchprofile-pierrefandio/

    Publié par pierre fandio | 1 septembre 2016, 08:59
  3. Notre ami, écrivain, essayiste, poète, dramaturge, psychanalyste, frère de lutte et de libération, Nabile Farès a « quitté son corps » très récemment. Il a été inhumé ce samedi 3 septembre au Cimetière des Vaudrans à Marseille. Voici un hôte prestigieux pour notre ville cosmos aux multiples visages… Portes de La Mer et de l’Exil, qui lui est si chère au cœur.
    Nous étions presque 80 à l’accompagner dans cette ultime voyage en cette matinée ensoleillée. Nous aurions pu être encore plus nombreux si des avis d’obsèques avaient circulé dans les presses régionales classiques car Nabile Farès avait un réseau d’amis et de relations très large et hors frontières idéologiques ou physiques.
    Lui, qui a été si remuant pendant toute sa vie, saura t-il se contenter d’une contemplation passive et sans fin devant l’horizon bleu azur de la cité Phocéenne ? Sans nul doute que les ferments actifs qu’il a su planter dans notre esprit vont vite agir afin que nous prenions en main à jamais notre destinée « d’Être et d’Immigré ».
    « Dans le pays de mon être, ils m’enlèvent mon coeur. Dans le pays de mon coeur, ils m’enlèvent mon dire. Comment être ? » Nabile Farès, dans « La Mort de Salah Baye ou la vie obscure d’un Maghrébin »

    « Je ne suis pas ce qui m’est arrivé …. Je suis ce que je choisis de devenir »
    (Carl Gustav Jung)
    Signé : Nejma Ayadi Blanc

    Publié par Nejma BLANC | 5 septembre 2016, 08:19
  4. Notre ami, écrivain, essayiste, poète, dramaturge, psychanalyste, frère de lutte et de libération, Nabile Farès a « quitté son corps » très récemment. Il a été inhumé ce samedi 3 septembre au Cimetière des Vaudrans à Marseille. Voici un hôte prestigieux pour notre ville cosmos aux multiples visages… Portes de La Mer et de l’Exil, qui lui est si chère au cœur.
    Nous étions presque 80 à l’accompagner dans cette ultime voyage en cette matinée ensoleillée. Nous aurions pu être encore plus nombreux si des avis d’obsèques avaient circulé dans les presses régionales classiques car Nabile Farès avait un réseau d’amis et de relations très large et hors frontières idéologiques ou physiques.
    Lui, qui a été si remuant pendant toute sa vie, saura t-il se contenter d’une contemplation passive et sans fin devant l’horizon bleu azur de la cité Phocéenne ? Sans nul doute que les ferments actifs qu’il a su planter dans notre esprit vont vite agir afin que nous prenions en main à jamais notre destinée « d’Être et d’Immigré ».
    « Dans le pays de mon être, ils m’enlèvent mon coeur. Dans le pays de mon coeur, ils m’enlèvent mon dire. Comment être ? » Nabile Farès, dans « La Mort de Salah Baye ou la vie obscure d’un Maghrébin »

    « Je ne suis pas ce qui m’est arrivé …. Je suis ce que je choisis de devenir »
    (Carl Gustav Jung)
    Signé : Nejma Ayadi – Blanc
    (ex membre de la Troupe du Théâtre de la Porte d’Aix)

    Publié par nejmablanc | 5 septembre 2016, 08:24
  5. Un grand homme pour qui j’avais une admiration passionnée. Le souvenir de ses cours à Grenoble ne me quittera jamais; sa mort laisse un grand vide dans ma vie intellectuelle.

    Publié par Carole Bourne-Taylor | 10 avril 2017, 18:33

Le tour du monde des arts francophones

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les dossiers

%d blogueurs aiment cette page :