Vous lisez...
Henry Bauchau

Henry Bauchau, L’enfant rieur

Une chronique de Lama Serhan

                     https://i1.wp.com/des-livres-et-moi.blogs.nouvelobs.com/media/01/00/2147081110.jpg

Henry Bauchau va avoir 100 ans, est-ce pour cela qu’il nous livre dans sa dernière œuvre parue « L’enfant rieur » ses souvenirs de jeunesse allant de 1914 à 1940 ? Est-ce pour cela qu’il a publié en 2011 plus de trois œuvres ? Nous ressentons comme un besoin irrépressible de dire les choses, de les  écrire pour enfin révéler ce qu’il est.

L’enfant rieur ne ressemble pas à ce que nous avons l’habitude de lire : des chapitres courts, un récit sans emphase, sans images allégoriques mais plutôt l’inventaire de ces moments marquants qui ont  fait passer l’enfant qui rit à celui qui « a été forcé dès sa petite enfance de vivre la haine » (P.13).

C’est également le récit d’une époque et d’un mode de vie qui nous est donné à voir : une ruralité déjà et puis les deux grandes guerres. Nous sommes plongés dans la première et nous avons l’amorce de la seconde avec tout ce que cela induit : la haine, la crainte, le nomadisme infligé.

Les figures emblématiques qui composent la structure familiale se retrouvent elles aussi dans ce chaos, le père chômeur car ne voulant pas s’asservir aux yeux des Allemands et qui incarne un statut imposant qu’il faut absolument satisfaire, ou encore la mère triste de la situation qu’on lui impose.

Le petit Henry se réfugie dans la figure de la servante Mérence, puis plus tard Clémence et enfin, le jeune homme après un attachement homosexuel mais non consommé, rencontre une russe Lucie qui tombe enceinte l’épouse pour enfin se marier une seconde fois avec Laure juste avant la Seconde Guerre, fin du roman.

Ce qui reste de la lecture, c’est cette traversée du temps à travers les yeux d’Henry en construction, pas encore cet auteur que nous connaissons, pas encore le psychanalyste qui guérit les autres de leurs blessures profondes. Ce qui nous reste c’est de savoir quel enfant a été cet homme. Ce qui reste, c’est ce rire arrêté trop vite, trop jeune, non « il ne voulait pas vivre ça ».

Pour en lire encore plus – critique du Magazine Littéraire ici

 

https://i0.wp.com/referentiel.nouvelobs.com/file/4449849.jpgHenry Bauchau est né en Belgique en 1913. Il est membre de l’Académie Royale de langue et littérature françaises de Belgique. L’enfant rieur est paru aux éditions Actes Sud en Novembre 2011.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Le tour du monde des arts francophones

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les dossiers

%d blogueurs aiment cette page :