Vous lisez...
Chronique/actualité, Comptes-rendus de lecture

Marie-Noëlle Arras, Entière ou la réparation de l’excision.

Regards sur l’excision

« Un sourire nouveau sur un corps acceptable, le mien »

par Virginie Brinker

 

Les Editions Chèvre-feuille étoilée ont publié en mars 2008 Entière ou la réparation de l’excision de Marie-Noëlle Arras. Ce court ouvrage très dense, riche et documenté, se veut explicatif et informatif avant tout, mais il comporte aussi des témoignages et une nouvelle. Il aborde l’excision sous des angles très différents, notamment via la parole des médecins, le témoignage des victimes, la perspective psychologique et la dimension juridique.

Le témoignage de Mahoua Kone, une femme originaire de Côte d’Ivoire, décrivant ses souffrances et son rejet total de sa mère, complice du crime, est particulièrement percutant.

Le principal objectif du livre étant de faire connaître au plus grand nombre l’excision et surtout les moyens de la « réparer », c’est dans cet esprit que nous retiendrons ici quelques informations importantes[1].

L’excision, pourquoi ?

L’excision touche encore aujourd’hui 130 millions de femmes à travers le monde. Un tiers des femmes africaines subsahariennes est excisé, mais la situation varie fortement d’un pays à l’autre (20% au Sénégal, 90% au Soudan). L’ethnie Mandé (Mali, Sénégal, Mauritanie, sud du Sahara) est toutefois très concernée. En Egypte, neuf femmes sur dix le sont alors que la loi l’interdit depuis 1997. Mais les témoignages recueillis en France par le Dr Michèle Wilish nous rappellent que ce phénomène ne nous est pas étranger : « Elles sont issues de tous les horizons sociaux, de France ou d’Afrique, elles sont modernes ou traditionnelles, elles ont tous les âges (de 18 à 65 ans)[2]». On estime que 53 000 fillettes et adolescentes vivant en France ont été mutilées ou sont menacées de l’être.

L’ouvrage répertorie un certain nombre d’explications avancées par les tenants de l’excision : des raisons psycho-sexuelles (afin de priver la femme de désir pour préserver sa virginité avant le mariage et sa fidélité une fois mariée, accroître le plaisir masculin) ; des raisons sociologiques (identification avec l’héritage culturel, rite initiatique, intégration sociale) ; raisons d’hygiènes et d’esthétique (les organes génitaux de la femmes passant pour être sales et inesthétiques) ; des raisons mythiques (accroissement de la fécondation et promotion de la survie de l’enfant) ; raisons religieuses (alors que la pratique de l’excision est antérieure à l’avènement de la religion musulmane, certaines communautés musulmanes croient en toute bonne foi que l’excision fait partie des prescriptions de l’Islam).

           

Les conséquences de l’excision

L’excision recouvre des pratiques plus ou moins mutilantes (la sunna, la clitoridectomie et l’infibulation[3]) mais toutes traumatisantes et dangereuses. Il ne faut pas, en effet, perdre de vue que 5 à 15% des petites filles meurent des suites de l’excision, selon l’OMS.

Le Dr Pierre Foldes, dans la préface de l’ouvrage, rappelle que la mutilation sexuelle féminine « atteint l’intégrité féminine et touche tous les aspects de la vie de la femme[4] », aggravant considérablement le pronostic obstétrical, affectant la vie sexuelle et le fonctionnement du couple, et modifiant l’image corporelle ainsi que l’intégrité physique et morale.

Par conséquent, l’excision relève en France de la cour d’assises. Depuis 2006, un nouvel article de loi étend l’application de la législation française en la matière aux mineures de nationalité étrangère résidant habituellement en France et victimes à l’étranger d’une mutilation sexuelle.

 

La réparation

Un acte chirurgical, pour lequel le Dr Pierre Foldes est très connu (ayant opéré 2500 femmes dont 2300 en France) permet aujourd’hui de réparer la mutilation. L’ouvrage en précise le protocole et le détail. Cet acte est remboursé en France à 100% depuis 2004. Même si l’ouvrage précise qu’un accompagnement psychologique est nécessaire, cette opération est toutefois qualifiée de miracle, témoignages à l’appui :

« Maintenant, je n’ai plus de problème. C’est comme une ouverture dans ma tête et dans mon corps[5] », nous dit Mahoua Kone.

Entière insiste enfin sur un point capital : la nécessaire formation des médecins français en la matière et rappelle que les professionnels de santé qui ne signaleraient pas la réalité d’une excision ou le risque encouru par une enfant risquent une amende de 15 000 euros et un an d’emprisonnement ferme, la prévention étant un des seuls moyens de lutter contre ce fléau.

Adresses utiles

– Association « Soutien aux excisées » fondée par Mahoua Kone : soutienexcisees@yahoo.fr

– Docteur Foldes, Clinique Louis XIV, Saint-Germain-en-Laye : 0033 (0)1 39 10 26 26 ; 0033 (0)1 39 27 42 48

– GAMS (Groupe de femmes pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles et autres pratiques affectant la santé des femmes et des enfants) : http://pagesperso-orange.fr/associationgams/


[1] Marie-Noëlle Arras, Entière ou la réparation de l’excision, Editions Chèvre-feuille étoilée, collection « D’un espace, l’autre », 2008. Ces informations sont essentiellement issues de la section « En savoir plus » (p. 81-115).

[2], Ibid.,  p. 52.

[3] Ibid., voir les pages 84 et 85 pour les définitions précises.

[4] Ibid., p. 16.

[5] Ibid., p. 45.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Le tour du monde des arts francophones

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les dossiers

%d blogueurs aiment cette page :